Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 décembre 2014 3 31 /12 /décembre /2014 16:27
Bilan 2014 - la terre a bougé sur son axe

Janvier : Je termine mon bilan de compétence.

Il est conseillé et pris en charge par ma boîte... ce qui n’est jamais bon signe. Je n’ai pas trop d’espoir pour un avenir professionnel en dehors de mon boulot actuel, dans ma région... mais je profite de cette occasion quand même.

Le bilan de mon bilan me prouve que j’avais raison. J’ai tout intérêt à rester à ma place le plus longtemps possible. Qui vivra verra !

Février : Nous profitons d’un week-end en amoureux, offert par Léomath pour mon anniversaire, en laissant Miniléo à belle-maman.

Je vois ma psy pour la première fois. Heureuse décision et bon choix de professionnel !

Mars : Miniléo prend l’avion pour la première fois, direction Noël décalé dans ma famille !

Avril : Voyage de noce à Cuba !! On laisse Miniléo pendant 2 semaines à mes parents. La séparation est difficile mais en vaut la peine. Le pays est dépaysant (sic), magnifique, tragique, coloré, flippant, attachant, musical... et le séjour bien trop court pour tout appréhender. Nous rentrons le jour de l’anniversaire de Miniléo qui est très surpris de nous voir sur le quai de la gare, met plusieurs minutes avant de nous sourire et encore plus avant de babiller.

Mai : Notre 2e mariage, dans mon village avec ma famille. Léomath apprécie la journée, ma famille et surtout la soirée off avec mes cousins, une guitare, des bières et des vieilles chansons qui lui plaisent ! Ouf !

Reprise de l’avion avec Miniléo pour une fête chez ma soeur... et ses tous premiers pas en Bretagne !! Sans son papa... l’avait qu’à venir !

Juin : Festival de fanfare de Montpellier... 2 jours de folie et cette impression qui reste : celle d’avoir touché du doigt ce que connaissent les stars sur la scène face à un public de fans ! Grandiose !

Juillet : le mois se déroule tranquillement. Naissance de mon 6e neveu (contre une seule nièce, où est la parité ??)

Août : 1 semaine sans Miniléo que nous emmenons chez belle-maman... 1 semaine qui se termine sur une engueulade mémorable avec Léomath, l’impression que sans notre enfant, plus rien ne tient notre couple... souvenir misérable d’une séance chez le coiffeur que je passe à pleurer comme une madeleine... honte.

On se réconcilie avant d’entamer notre semaine de vacances tous les trois dans la famille de Léomath.

La 3e semaine, Silas et moi rejoignons une copine et sa famille au bord de la mer. Super moment où on a enfin du temps pour parler toutes les deux. Très agréable.

Vacances assez étranges, parce que découpées et lourdes en kilométrages... mais bon, on a eu Cuba plus tôt, on ne va pas trop se plaindre !

A la fin de ce mois-ci, excellente nouvelle, j’apprends que je suis enceinte ! Je suis tombée enceinte en 2 mois, beaucoup plus vite que pour Miniléo ! Le terme est le même que pour lui, à 2 jours près ! Au niveau timing, je trouve ça génial ! Léomath et moi sommes super heureux !!

Septembre : escapade à la capitale et sa région pour Miniléo et moi, pour apprendre à connaître les nouveaux bébés de la famille... et leur apprendre la bonne nouvelle !

Octobre : ma grossesse se passe bien, peut-être trop... je ne ressens pas les symptômes habituels, pas de fatigue, pas les seins qui gonflent etc.

Echo du premier trimestre... et tout s’effondre. Il y a suspicion de trisomie... on enchaîne directement sur une écho morphologique plus approfondie qui nous apprend qu’il y a plusieurs malformations (cardiaques, bec-de-lièvre etc.).

On nous conseille fortement de faire une biopsie du trophoblaste qui peut se faire tout de suite au lieu d’attendre l’amniocentèse qui ne peut se faire que 2 semaines plus tard. Nous acceptons et nous recevons l’appel de mon gynéco 2 jours plus tard qui nous dit que les résultats ne sont pas bons. Il ne s’agit pas de trisomie, mais de malformations très lourdes. Il nous laisse le week-end pour nous décider : IVG dès le lundi... (on est dans la dernière limite), ou on attend de voir l’évolution, la fin des résultats de la biopsie et on entre ainsi dans l’IMG (interruption médicalisée de grossesse), ce qui veut dire qu’on lâche les rênes. La décision d’interrompre ou non la grossesse ne nous appartiendra plus.

Léomath est très sûr de ce qu’il veut, la décision me semble assez naturelle également, mais j’ai besoin qu’on me conforte dans mon choix. Nous optons donc pour l’IVG. Le gynéco m’apprendra après l’intervention que le coeur du bébé avait déjà arrêté de battre.

Entre l’écho du 1er trimestre et l’IVG, il n’y aura eu que 10 jours ! En ce qui me concerne, les 2 premiers jours auront été terribles. Même si j’étais inquiète à cause des symptômes, j’étais malgré tout assez confiante, vu ma grossesse précédente. Pour la suite, on a été très bien suivi par mon gynéco qui a été super présent, à l’écoute, humain.

10 jours après l’IVG, lors de la visite de contrôle, mon gynéco m’a donné les derniers résultats de la biopsie : le foetus avait une malformation génétique, il nous conseille fortement de faire notre caryotype à tous les deux et de voir un conseiller en génétique. Mais il est également rassurant, vu qu’on a déjà Miniléo et qu’il est en bonne santé.

Novembre : le mois se passe assez sereinement, malgré la visite de mes parents puis de belle-maman... ils étaient déjà tous venus en septembre et octobre... trop de parents, ça l’fait pas !

Décembre : les résultats de nos caryotypes tombent. C’est moi qui ai une malformation génétique. La moitié d’un des bras de mon chromosome 11 a été inversée avec celle du chromosome 21. Rien de grave pour moi, les chromosomes sont au complet et fonctionnent convenablement... le seul souci c’est pour la reproduction.

Trois possibilités au moment de la séparation, selon les parties des chromosomes 21 et 11 qui formeront le foetus :

- soit c’est la bonne partie des chromosomes 21 et 11 et là, tout va bien

- soit ça prend deux fois : «moitié 11 - moitié 21», ce qui est mon cas et qui est donc problématique pour la reproduction

- soit ça prend la partie totalement foireuse et ça peut donner : 3 «moitiés» de 21 et une de 11, ou alors trois «moitiés» de 11 et une de 21. Et c’est là que ça ne va plus : fausse couche plus ou moins précoce, ou décès quelques jours après la naissance... en tout cas, le bébé n’est pas viable.

Nous souhaitons toujours avoir un 2e enfant. Léomath comme moi, n’arrivons pas à imaginer une famille avec un seul enfant. Aussi bien pour Miniléo que pour nous. On sait maintenant que ça ne sera peut-être pas possible, mais nous voulons au moins essayer.

Quelles sont nos options alors ?

1) tenter naturellement. Ce qui veut dire moins d’une chance sur deux que l’enfant soit viable. Moins d’1 sur 2 parce que malheureusement, l’expérience prouve que la séparation se fait plus souvent dans le mauvais sens (3 moitiés de l’un, contre 1 seul de l’autre). Ca veut dire qu’il faut que je tombe enceinte (ce qui n’est déjà pas gagné vu que je vais avoir 37 ans), et que la fameuse écho du premier trimestre sera déterminante, et sera de toute façon suivie de l’artillerie lourde au niveau des tests pour savoir s’il doit y avoir interruption ou non. Les 3 premiers mois de cette grossesse seront très très étranges...

2) La 2e option, c’est de faire un DPI (Diagnostique préimplantatoire), c’est-à-dire une FIV où on «trie» les embryons selon le nombre de chromosomes 21 et 11. Le souci, c’est que comme pour toute FIV, il n’y a que 30 % de réussite... et ça veut dire un traitement long et lourd pour moi. Et à l’inverse de ce que l’on pensait, cette méthode ne permet pas de savoir si le bébé sera porteur de la même anomalie que moi. On peut juste savoir si le nombre de chromosome est anormal et donc dangereux pour la vie du bébé.

Dans un premier temps, nous avons plutôt envie de tenter la méthode naturelle. Selon comment ça se passe, il est possible que l’on passe à l’autre. Histoire à suivre...

Et Miniléo, il est dans quelle situation ? La première (tout va bien) ou la deuxième (comme moi, ce qui veut dire que la reproduction sera problématique) ? Le problème c’est qu’on ne peut pas le savoir pour le moment. On ne peut pas faire de caryotype sur un enfant si ça vit n’est pas en jeu. Lui seul pourra faire la démarche à sa majorité, si et quand il le souhaite. Ce qui veut dire qu’on devra lui parler de cette possibilité de malformation... sans savoir. Moi je me dis qu’on verra d’ici là. Mais Léomath en est malade. Il ne supporte pas l’idée de ne pas savoir, ni de ce qui attend Miniléo. Moi au moins, je ne savais pas, ça m’est tombé dessus à 36 ans... ! Mais le savoir dès l’adolescence, dès le début d’une relation amoureuse, c’est pas pareil... Bref, il se fait beaucoup de films... noirs. Et se dit que si on pouvait éliminer ce risque dès maintenant, ce serait beaucoup plus facile à vivre ! Et s’il a effectivement la malformation, eh bien il sera temps de réfléchir à la meilleure stratégie pour qu’il le vive le mieux possible.

La fin de l’année a donc été riche en nouvelles qui font appréhender l’avenir différemment. Je m’inquiétais de vouloir très (trop ?) fort une fille... si un petit garçon veut bien atterrir dans nos vies, je serai plus qu’heureuse de l’accueillir à bras ouverts !

Repost 0
Published by moi - dans bébé avenir
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de 100 000 vérités
  • Le blog de 100 000 vérités
  • : ... et la mienne ! Juste mon grain de sel dans toute cette cacophonie.
  • Contact

Flux RSS 100 000 vérités

Recherche