Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 16:28
2 semaines

Dans 5 jours, il faudra que je laisse Miniléo à mes parents pour 2 semaines.

C'est notre choix et pour une heureuse raison : on part en voyage de noce à Cuba !! On a pris la décision en octobre dernier, et à ce moment-là, la séparation ne me semblait pas terrible.

C'était pour "dans longtemps" et puis mine de rien, on avait encore un minimum d'interactions avec lui. Je sais que cette dernière phrase peut choquer, mais comme je le disais à ma soeur il n'y a pas si longtemps, avec Miniléo, plus les jours passent, plus j'apprends à le connaître, plus je m'attache à lui, plus il y a d'interactions (justement), plus je l'aime... pour résumer.

Et le départ approchant, je me dis que ça va être difficile. Surtout pour lui, j'imagine, puisqu'il n'a pas la notion du temps et qu'il ne sait pas qu'on va revenir, quand etc., mais je commence à avoir l'estomac qui se serre en pensant à cette séparation.

J'ai toute confiance en mes parents, je sais que Miniléo sera bien avec eux. Mais il les connaît peu. Vu qu'ils habitent très loin de nous et en prévision de ce séjour, j'ai passé une semaine avec lui, chez eux, pour qu'ils reprennent le contact et découvre leur maison.

Me dire que Miniléo ne sera plus dans son univers (sa maison, la maison de la nounou), entouré des gens qu'il voit tous les jours (nous, la nounou, les autres enfants gardés avec lui), et que pendant 2 semaines il n'y aura plus : nos jeux, nos moments dans le bain, nos chants, ses jouets, le chat etc. pffffiou ça me fait bizarre.

Je sais parfaitement que c'est normal, que ça va bien se passer et je ne regrette pas notre choix, d'autant que je pense que ça va nous faire du bien à Léomath et moi. Et je sais aussi que même si certains soirs seront difficiles, de façon générale, Miniléo aura la pêche et sera tout sourire, comme toujours.

Mais mon coeur de maman se serre.

Et je me demande comment se passera notre retour, comment il va réagir. D'autant qu'il sera sportif ce retour. Déjà, on rentre le jour de son premier anniversaire, mais on arrivera tard... ce n'est même pas sûr qu'on le voit... gloups, si y a pas moyen... !

On aura 2 jours pour se retrouver et nous remettre du décalage horaire ... 2 jours chargés aussi, sûrement, puisque le 3e jour sera celui de notre 2e mariage, avec ma famille, dans mon village donc. Comment va-t-il vivre ce grand événement, comment va-t-il accepter de nous partager avec tant de monde (125 personnes à table... 200 au vin d'honneur ?).

Je pense qu'il faudra attendre le mardi suivant pour nous retrouver vraiment, grâce à notre quotidien rassurant...
Vivement les vacances, mais vivement le retour aussi !!

Repost 0
18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 10:20

screugneugneu.jpg

 

Parce qu'il y a aussi des screugneugneus dans ma vie

 

- la dernière fois que je suis allée à la boulangerie de mon village, quand j'ai tendu mes sous à la boulangère, elle m'a dit de les mettre dans la machine à côté de moi et de récupérer la monnaie qui tomberait !!
Certes, je vois bien le gain de temps, le calcul de caisse plus rapide et sans erreur, etc.... mais bonjour le relationnel qui fuit toujours plus loin... et au galop !! 

 

- lors de ma dernière écho, on m'a dit que le bébé qui était jusque-là au milieu des courbes de poids et de taille, était maintenant au-dessous et que si ce n'était pas vraiment inquiétant, il fallait vérifier ça....

Ne pas s'inquiéter donc et ne pas écouter l'entourage qui me dit qu'il faut manger plus, parce que ça n'a pas de rapport...

- suite au test de glucose, on m'a dit que je faisais un léger diabète de grossesse... et qu'il fallait donc que je fasse un petit régime sans sucre pendant 2 semaines et qu'on ferait une autre analyse pour voir s'il fallait aller plus loin... mais qu'il ne fallait pas s'inquièter !
Le diabète a pour conséquence de faire de gros bébés... Faut savoir ?!! 

Ces différentes analyses et ces alertes qui ne doivent "surtout pas m'inquiéter mais que l'on doit prendre au sérieux quand même" m'agacent un peu. Comme dit ma maman, y a 30 ans y avait pas tout ça, on stressait moins les mamans et ça allait bien quand même !
Le régime en question, prescrit par la sage-femme est avant tout du bon sens, c'est peut-être ce qui m'agace le plus dans cette histoire : l'impression d'avoir été prise en faute. J'avais un peu laissée tomber les repas faits maison ces derniers temps pour me reposer sur le système agro-alimentaire qui fonctionne tellement bien en ce moment...
Donc après une première réaction de "je la zute la sage-femme, je ferai bien comme je veux !!", je me suis dit que même si je ne suivais pas ce qu'elle me dit à la lettre, le fait de refaire la bouffe moi-même était bien sûr une très bonne chose, grossesse ou pas. Me voici donc repartie dans mes listes !  Et le pire c'est que, même si ça me demande plus d'effort, ça me fait plaisir de recuisiner !

 

- avec Léomath ça va toujours bien, pour la première fois hier on s'est pris un peu le bec pour une histoire de miroir mais ça n'a pas duré ni pris des proportions délirantes.

Par contre, la psy m'avait permis de mettre le doigt sur l'attitude qui me gênait particulièrement chez lui et m'avait aidé à lui en faire part sans fard mais sans accablements inutiles, pour qu'il est conscience de l'importance que ça avait pour moi.

Force m'est de constater que 10 jours d'ambiance détendue et aimante en parlant dudit sujet ponctuellement et sans trop appuyer n'ont rien changer à ses habitudes...

J'imagine qu'il me faut être patiente... mais ça plombe un peu mon lundi matin... mon humeur saura-t-elle résister ?

Repost 0
Published by moi - dans Ma vérité
commenter cet article
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 18:15

Je copie Ingrid qui a copié Marie... et je me demande à mon tour, ça correspond tellement à mon état d'esprit du moment !

telechargement.jpg

Je me demande si cette énorme secousse va suffire à le "sauver"

Je me demande si ces guillemets ne sont pas en trop

Je me demande si son attitude va changer à mon égard

Je me demande si son attitude va changer à l'égard de la dissimulation

Je me demande si les connexions à distance vont finir par fonctionner

Je me demande si je vais devoir abandonner le travail partiel chez moi 

Je me demande si les informaticiens vont définitivement me lâcher

Je me demande quelle sera l'ambiance à Noël

Je me demande si on sera soulagé, mais honteux, de les voir partir après Noël

Je me demande si ce sera un garçon ou une fille

Je me demande combien de temps durera la légère déception si c'est un garçon

Je me demande pourquoi il recopie la totalité du dossier au lieu de ne prendre que ce qui a été modifié ou ajouté

Je me demande ce que l'on va manger ce soir

Je me demande ce que je vais bien pouvoir faire vendredi 

Je me demande si je ne devrais pas aller ramasser le linge... non ça en fait je sais

Je me demande si mes irritations et mon guerrier vont finir par se calmer

Je me demande s'il ne va pas se lasser de cette agressivité

Je me demande si tout ça ne va pas empirer encore avec l'arrivée du bébé

Je me demande si la psy y suffira

Je me demande si je ne devrais pas arrêter là avant de totalement paniquer

Je me demande si au père Noël, j'aurais pas dû plutôt lui demander de la zénitude en comprimés

Je me demande si se faire les ongles fait partie de mes tâches professionnelles

Je me demandais comment alléger tous ces questionnements, je crois avoir trouvé

Repost 0
Published by moi - dans Ma vérité
commenter cet article
7 septembre 2012 5 07 /09 /septembre /2012 13:40

refuge.jpg

 

Je reviens de chez ma magicienne (la psy donc) où j'ai vécu ma première séance d'hypnose... décidément, je me lance dans la médecine parallèle, ma soeur sera fière de moi :-p

Alors ? Eh bien, ça s'est passé comme elle me l'avait annoncé. Elle m'a laissé libre de jouer le jeu en appliquant ce qu'elle me disait ou bien de garder le contrôle (en gardant les yeux ouverts, en me concentrant sur ce qu'elle disait etc.)... et comme je me suis sentie libre, eh bien j'ai joué le jeu :-p

Je sais par ailleurs, que je parviens facilement à me détendre totalement et à me laisser porter.
Elle a mis de la musique dite de relaxation, le bruit des vagues et des sons de voix assez étranges, elle a baissé la lumière et s'est mise à parler de façon assez bizarre : d'une voix grave et douce, et par moment elle accentuait une fin de mot... assez surprenant.
Le début était classique, ça correspondait à l'image que j'en avais, le fait de détendre petit à petit tous mes muscles, de prendre conscience de mes points d'appui, de sentir une vague de bien-être qui va de la pointe des orteils au sommet du crâne etc.
Elle a confirmé ce que j'avais déjà entendu, que l'état d'hypnose est un état que l'on connaît bien. On l'atteint régulièrement lorsque l'on est très concentré sur une tâche et qu'on oublie notre environnement et le temps qui passe... mais surtout, ce qui me parle le plus, quand en voiture, on part dans nos pensées et qu'on ne se rend pas compte du trajet, alors que l'on continue à conduire.

Elle m'a demandé de visualiser l'endroit où je me sens le plus à l'aise, un endroit où je peux me réfugier quand je le sens nécessaire. Pour moi, ça ressemble un peu à l'image que j'ai mise.
Elle a atteint le coeur du sujet (la raison de mes séances) très très tard, je dirais à 5-10 mn de la fin.

Mon esprit faisait des allers retours entre la conscience (écouter ce qu'elle disait) et les divagations (à un moment je "rêvais" qu'il fallait que j'enfonce une seringue dans la cuisse d'un homme... charmant me direz-vous, mais directement tiré de la série vue hier). 

J'ai été plus attentive quand elle a parlé du coeur du sujet. Elle a reboosté mon inconscient à fond, et lui a dit qu'il fallait qu'il ait confiance en lui pour imposer sa volonté, dans le positivisme, le calme etc., elle lui a dit qu'il devait avoir confiance dans son entourage et dans la vie en général et elle a demandé à mon conscient de mettre la pédale douce et de laisser faire l'autre !

Dis comme ça, c'est drôle, d'ailleurs ça me fait sourire. Mais, une fois de plus, je me dis que ce n'est pas nocif et si ça peut me donner confiance en moi et diminuer un peu mon agressivité, je suis preneuse !

Je vous dirai si je sens des progrès !

Repost 0
Published by moi - dans Ma vérité
commenter cet article
24 août 2012 5 24 /08 /août /2012 17:45

zen5.jpg

 

J'aime ces séances, j'aime cette femme.
Elle est pleine de bon sens, elle écoute, elle comprend, elle me fait avancer.

On est tellement loin de la débile que j'ai vu deux fois à Paris.

Elle m'a proposé de faire des séances d'hypnose, avec elle, pour apprendre le lâcher prise et pour m'aider à prendre conscience de ce qui m'échappe en temps normal.
Ca m'inquiète un peu mais j'ai envie d'essayer quand même.
Elle m'a expliqué que vu comment je fonctionne, je resterai sûrement très consciente de tout, avec l'esprit qui pense à plein de choses, entend ce qui se passe, se dit qu'elle (ma psy) me dit des trucs un peu bizarres... mais que ce n'est pas grave... mon inconscient (qui a 6 ans d'âge mental selon elle !) entendra quand même et enregistrera. 

 

J'ai fait d'une pierre deux coups, en allant ensuite chez l'esthéticienne juste à côté. Faire du bien à son corps après avoir fait du bien à son esprit, c'est idéal ! Cerise sur le gâteau, elle est étonnement pas chère !

Ce soir, comme nous accueillons nos premiers couchsurfers (un petit barbecue pour des Ecossais, ça peut être sympa, non ?) j'ai fait le grand ménage... j'ai même rangé des trucs qui ne l'avaient pas été depuis... notre emménagement en fait, 1 an quoi... (pas honte, pas honte), j'ai ajouté un peu de déco et j'ai d'autres idées pour la suite... 

 

C'est ce qu'on appelle une bonne journée je crois :-) 

Repost 0
Published by moi - dans Ma vérité
commenter cet article
20 juillet 2012 5 20 /07 /juillet /2012 13:10

chemin.jpeg

 

J'ai discuté avec Sido de ma copine et son collègue masseur.

Ca m'a ramené à l'époque où ma vision de la fidélité a changé.

J'étais avec mon copain depuis deux mois seulement quand mon chef m'a proposé de l'accompagner à la porte ouverte de l'un de nos fournisseurs, ce qui était assez inhabituel. Dès mon embauche, le courant était très bien passé avec lui. Mieux, quand on était seul dans son bureau il y avait toujours un double langage dans nos échanges... Il y avait une complicité évidente entre nous, voire un jeu. Cette invitation a été à l'origine du rêve qui a changé ma vision des choses sur la fidélité. 

Dans mon rêve, on se retrouvait seuls et très très près, et j'acceptais de l'embrasser ou de me faire embrasser, bref j'étais d'accord. Sur le moment, c'était comme aller jusqu'au bout d'une envie, d'un "test", ne pas juste se dire : j'aurais pu l'embrasser... mais le faire, réellement. 
Suite au baiser, je ressentais l'euphorie du moment, du baiser volé. 
Et puis d'un seul coup je me sentais mal... par rapport aux relations que j'allais avoir avec mon chef à l'avenir, sachant que l'expérience du baiser me satisfaisait et que je ne voulais pas m'engager plus avant dans cette voie et puis surtout mon chéri me venait à l'esprit. Et ça me mettait très mal à l'aise par rapport à lui, même si je n'avais pas l'impression de l'avoir vraiment trompé. Pour moi il s'agissait davantage d'une expérience sur ma capacité de séduction ; rien de grave par rapport à notre histoire, juste une parenthèse personnelle sur mes facultés de séduction. Mais je savais très bien que lui ne le prendrait pas comme ça, que pour lui ce serait purement et simplement de l'infidélité et qu'il ne me le pardonnerait pas. Il m'avait assez parlé de l'importance de l'honnêteté pour lui... et il y avait également le passif de ses parents. Il avait besoin d'être aussi rassuré que moi et après ça, ça ne serait plus possible.

J'avais la sensation que ce rêve était une sorte de mise en garde : Fais gaffe à tes agissements, ils ont des conséquences. Tu restes persuadée que tu as la capacité de séduction d'un escargot nain et moribond, mais ce n'est peut-être pas le cas... En fait non, ma sensation était plus forte que ça, c'était : Oui, il y a vraiment un "truc", du potentiel et si tu joues avec ça, tu ne sauras pas comment t'en dépêtrer. Ce que tu pourrais tenter pour "voir", pour te rassurer, pour regonfler ton ego, pourrait mettre fin à ce que tu veux construire par ailleurs.
En gros, j'avais l'impression que mon rêve m'avait donné la certitude que cet homme, je pouvais "l'avoir", sans passer par l'acte en soi et que rassurée sur ce point, je pouvais me concentrer sur ce que je voulais vivre et construire avec mon chéri.

A mon réveil et durant les jours suivants, ce rêve m'a laissé plusieurs sensations contradictoires : 
  • une sorte de triomphe personnel, j'avais l'ego reboosté à mort et je sentais fort mon pouvoir de séduction !
  • un malaise, celui ressenti pendant le rêve, par rapport à "l'après" avec mon chef... D'un côté, je voulais juste voir, me rassurer... et puis d'un autre la tentation d'aller plus loin : si c'était si simple et si bon de s'embrasser, s'il y avait de l'envie et du désir en face, j'aurais sûrement l'envie d'aller encore plus loin, dans l'interdit, dans l'excitant !
  • l'impression que ce rêve me montrait quelque chose de tout à fait possible, voire réel ; qu'il me donnait un avertissement pour que j'arrête de "chauffer" ces messieurs, parce qu'ils pouvaient réagir plus concrètement que ce que je pensais.

Contre toute attente ces sensations ont eu un effet durable sur moi puisqu'elles sont toujours d'actualité ou du moins elles ont transformé ma vision des choses, ma façon de considérer mon couple et mon rapport aux autres, en conséquence.
Et je crois que c'est pour ça que l'attitude de ma copine m'a choquée. Son comportement était trop éloigné de ma "nouvelle" vision, mais c'est sa vie, ses choix.
Repost 0
Published by moi - dans Ma vérité
commenter cet article
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 23:50

flirt.jpg

 

Cette semaine, une de mes amies m'a amené à réfléchir à la fidélité et à ce que j'en pense profondément.

Elle m'a parlé de son collègue. A vrai dire, ça fait quelques semaines qu'elle me raconte comment ça se passe avec lui. Elle m'a dit que la veille (le soir de la semaine où leur travail les amène à rester seuls dans le service très tard...) ils ont tué le temps en se massant mutuellement, à un moment où ils étaient au chômage technique. Et elle de me dire que c'était vraiment très agréable parce qu'il masse très bien.

Je me suis tout de suite dit : mais à quoi tu joues poulette ? Et ton mec dans tout ça ? 
Mais je ne lui ai pas dit comme ça bien sûr. 

Cette histoire m'a mise vraiment mal à l'aise. J'ai ressenti le besoin de m'épancher auprès d'une autre amie qui ne la connaît pas. Et malgré moi, je me suis sentie réac' et moralisatrice en lui résumant la situation. J'étais la fille qu'est "trop pas dans l'coup"... je me voyais à travers le prisme d'un magazine féminin. Genre : "Lâchez-vous ! Ca fait du bien au couple d'aller voir ailleurs de temps en temps, c'est sans conséquence et ça donne du piment à votre vie !"

Je sais qu'à une époque, ce genre d'anecdote ne m'aurait pas choqué... je me serais dit, bah elle se fait plaisir, pourquoi pas ?

Maintenant je me dis juste qu'elle est trop con. Pour se rassurer un peu, pour se prouver qu'elle peut encore plaire, elle risque de gâcher ce qu'elle vit en couple ; parce que même si son compagnon ne l'apprend pas, ça restera là, entre eux et je suis intimement persuadée qu'une relation... hum en fait non j'en sais rien. Je ne sais pas comment fonctionne leur couple. Après tout, il y en a qui tiennent malgré toutes les tromperies possibles.

Je sais juste comment fonctionne le mien et qu'aller jusqu'où elle est déjà allée avec son collègue c'est déjà tromper à mon sens.
Ca m'a permis de me rendre compte que ma vision de la fidélité avait évolué. 
J'ai parfaitement conscience qu'on ne connaît pas les deux bouts de sa vie (comme dirait ma maman). Mais voici ce que je pense à l'instant T, ce que la relation avec mon chéri me fait vivre et ressentir et ça me plaît bien ! 

Repost 0
Published by moi - dans Ma vérité
commenter cet article
3 juillet 2012 2 03 /07 /juillet /2012 18:25

oeuf-de-poule

 

Ca fait 51 jours et 3 tests de grossesse négatifs que je n'ai pas eu mes règles.

Et parce que je suis une fille tordue, ça me fait presque plaisir d'avoir un "problème". Jusque-là, je ne pouvais pas trop me plaindre de ne pas encore être enceinte. Je faisais face à : "mais la moyenne pour avoir un bébé c'est 1 an voyons !!!!!! Bidule truc et machine chose ont attendu 14 mois !! Petite naïve va !"

Ok, je me la ferme, je ravale mon envie et mon inquiétude, j'attends et j'essaie de me dire que c'est noormaaaaaaaal. Et puis surtout je ne me plains pas.

Bon eh bien maintenant avec mon cycle à rallonge, j'ai le droit de dire que c'est pas normal... donc de me plaindre ! Yes !! Ca fait du bien de se plaindre. Ou du moins d'exprimer ses inquiétudes.

Et bizarrement, je le vis mieux qu'au moment où mes cycles étaient encore à peu près dans les normes (35 jours) et que les tests étaient négatifs. Peut-être parce qu'alors il n'était pas normal que je ne sois pas enceinte. Alors que maintenant, vu qu'il y a quelque chose d'anormal... eh bien c'est normal que je ne le sois pas...
Tordue, je vous disais...


Et puis surtout j'ai vu un gynéco qui m'a écouté et est prêt à faire tous les examens nécessaires... à la fin des fameux 12 mois d'essais. 
En attendant, je continuerai les tests d'ovulation quand mes règles daigneront revenir. Tout en sachant qu'ils ne sont pas fiables à 100 % (merci soeurette pour les témoignages) et que j'ai déjà eu des résultats déroutants.
Ca m'a permis de me rendre compte que ce qu'on apprend : les règles tous les 28 jours, l'ovulation qui se produit 14 jours avant les règles suivantes etc. c'est vrai pour la majorité des femmes ; mais que pour certaines chanceuses c'est l'anarchie : des cycles qui font le yoyo, un cycle avec règles mais sans ovulation ou l'inverse (mais que devient l'oeuf ?), ou alors l'ovulation n'importe quand voire pendant les règles. 

Moi je dis, il ne nous reste plus qu'à copuler tous les jours !!

 

Pour le moment, mon moral est bon. Tant mieux. On verra comment ça évolue.

Repost 0
Published by moi - dans Ma vérité
commenter cet article
10 juin 2012 7 10 /06 /juin /2012 10:51

email.jpg

 

Réflexion du jour : comment terminer un mail ? 

Professionnel, professionnel mais amical, amical, amical mais pas super pote, familial ? 

Oui, je me prends la tête pour pas grand chose, mais ce n'est pas si simple !

Les mails purement professionnels, je les signais d'un très banal mais pratique : Cordialement.
Et puis j'ai vu que des collègues ou autres signaient d'un : Bien cordialement. Je me suis dit : ils en font trop !
Mais ça m'a travaillé, peut-être étais-je trop froide ou pas assez empressée dans mes fins de mails ? Ah zut !
Du coup, je suis également passée au : Bien cordialement. Ca fait investi, concerné, motivé... du moins je l'espère. Et ça va, je vis bien cette transition, je pense donc conserver cette formule longtemps !
Il y a également les mails en anglais... ma hantise ! Mais c'est un autre problème. Ceux-là, je les signe de la seule formule que je connaisse : Best regards... je n'ai aucune idée du degré de politesse qu'elle véhicule, mais mes interlocuteurs l'utilisent aussi, ça doit donc se dire dans ce cadre-là !

 

Pour les mails professionnels mais amicaux, j'ai trouvé ma solution via un blog il y a 4-5 ans déjà. La blogueuse faisait part de ses réflexions à ce sujet et elle avait finie par trouver une formule qui lui convenait bien et ne mangeait pas de pain : bonne journée (après-midi, soirée... rayer les mentions inutiles).
Beh oui, parce que si c'est quelqu'un que tu côtoies quotidiennement dans le cadre de ton travail, avec qui le courant passe bien certes, mais qui n'est pas une pote pour autant, tu ne peux pas terminer ton mail par : bisous bisous !! Mais le terminer par : Bien cordialement ne le fait pas non plus, d'autant que ça risque d'être en contradiction avec le ton du texte qui précède. En plus, tu peux compléter ou affiner, cette formule au gré des événements ou de ton inspiration : au soleil, malgré tout, en pyjama (oui, je suis en contact avec une nana qui bosse en pyjama la s*lope !).

Pour les mails amicaux, je ne réfléchis pas, ça vient au gré de l'envie, de l'interlocuteur etc. Il y a des classiques du genre : gros pout' (ça s'appelle la classe tout simplement) et il y a aussi les formules consacrées selon les personnes. Par exemple avec ma cousine/copine, c'est souvent : A toi le micro !
Mais je me surprends parfois à utiliser la formule sus-citée, le fameux : bonne journée. Et du coup ça me perturbe ! Il m'en faut peu, sûrement. Est-ce que ça veut dire que la personne à qui j'écris ce mail ne m'est pas plus proche que les gens avec qui je travaille quotidiennement ? Ou au contraire, les relations avec les personnes de mon travail deviennent vraiment amicales du coup la frontière devient floue ? 

Et puis il y a les mails familiaux. Je termine en général par : Bisous, ou du moins une phrase contenant ce mot-là.
Idem pour les chats (comprendre Tchats, pas les poilus à 4 pattes), au moment de se dire au revoir : Bonne nuit, bisous !
Et j'ai noté que ma soeur me répond systématiquement (ou c'est moi qui lui répond, ça dépend ça dépasse) : Bises.
Qu'est-ce à dire ? Plusieurs hypothèses me viennent :
- elle est un peu guindée et le "Bisou" n'entre pas dans son vocabulaire 
- on n'a pas garder les cochons ensemble et elle ne va sûrement pas me faire de "Bisous", il ne manquerait plus que ça ! (et elle aurait bien raison, on n'a effectivement pas gardé de cochons ensemble)
- les "Bisous" sont réservés à ses enfants, moi je ne suis QUE sa soeur, nanméo !
- les "Bisous" c'est jusqu'à 14 ans 1/2, au-delà elle passe à "Bises", j'ai donc passé l'âge bouhou !
- je l'intimide et elle n'ose pas être trop familière avec moi 

Je la laisse donner sa réponse, mais je penche pour ma dernière proposition !
Sur ce, n'hésitez pas à me faire part de vos solutions personnelles, ça m'inspirera peut-être pour de nouvelles formules !! 

Repost 0
Published by moi - dans Ma vérité
commenter cet article
28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 13:10

decu.gif

 

Une musique entendue qui fait penser à un ex, compositeur... l'envie d'avoir de ses nouvelles, virtuellement, cachée derrière l'anonymat d'Internet... par pure curiosité... malsaine.

Fouiner un peu, avec son pseudo de l'époque, ne rien trouver de récent, chercher avec son vrai nom, ne rien trouver non plus. Frustration !

Alors chercher via le nom de sa copine... pardon, sa femme. Et découvrir qu'il y a désormais un nouveau bébé dans la famille, ils ont donc 2 enfants maintenant...

Gloups... malgré moi, malgré tout... gloups...

Lui qui ne voulait pas d'enfants il en a 2, moi qui en voulais, je n'en ai toujours pas. Grumbfl ! 

Je ne regrette rien, ce n'est pas de cet ordre-là, j'ai fait ma curieuse, j'aurais pas dû.
Je ne voulais pas de la vie qu'il proposait, trop malsaine, trop tordue !
Et maintenant... il a deux gosses !

Repost 0
Published by moi - dans Ma vérité
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de 100 000 vérités
  • Le blog de 100 000 vérités
  • : ... et la mienne ! Juste mon grain de sel dans toute cette cacophonie.
  • Contact

Flux RSS 100 000 vérités

Recherche